26 Mai

Que faut-il véritablement savoir pour choisir son huile d’olive ?

181_06Au-delà des considérations de marketing géographique (dans quelle région les cigales chantent-elles le plus fort, où vivent mes Grands-Parents ou encore où ai-je passé mes plus belles vacances …) et de l’esthétique ou de l’originalité du packaging, voilà ce qu’il faut savoir au moment de choisir son huile d’olive :

La variété !

Comme le vin, le chocolat, il existe des variétés d’olives, chacune avec une typicité différente (plus de 1200, essentiellement autour du Bassin Méditerranéen). Vous en aimerez certaines, d’autres peut-être moins. Quoi qu’il en soit, et pour découvrir ces différentes typicités, préférez toujours les huiles mono-variétales (une seule variété d’olive) afin d’obtenir une lisibilité aromatique ; mieux vaut avoir un arôme franc et lisible plutôt qu’un assemblage d’olives qui uniformisera et standardisera le goût de l’huile d’olive qui en est extraite.

La maturité !

Même si la logique voudrait que l’on attende que les olives soient mûres pour en extraire l’huile, il est d’usage de presser les olives aux différentes étapes de la maturité. Il s’agit là d’habitudes de tel ou tel pays, régions ou bien encore pour certains experts sensoriels une façon d’optimiser le rendement olfactif d’une variété qui sera meilleure a tel ou tel état de maturité. Certains d’entre vous apprécieront la tonicité, les sensations herbacées d’un fruité vert, d’autres ; l’équilibre et l’ouverture aromatique d’un fruité mûr ou encore la puissance racée et confiturée d’un fruité noir (olives sur-maturées). Peut-être apprécierez-vous les 3 fruités à la fois, pour les adapter à vos plats, vos humeurs ou aux saisons …

Profitez-en pour voyager au travers des dégustations : le Liban, le Portugal, le Monténégro, la Tunisie, l’Espagne, l’Italie … proposent de la diversité avec un grand D !

Rappelez-vous donc : mono-variétale et type de fruité (vert, mûr ou noir) !

__('Menu'), 'alex')